AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Le royaume de Dolmargues

avatar
ScarecrowLa terreur des champs
Messages : 211
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Le royaume de Dolmargues  Jeu 2 Juin - 12:19

le royaume de dolmargues
Présentation générale

 

Le royaume de Dolmargues est presque entièrement entouré de la mer de Rnois, ce qui lui offre un avantage maritime. Il est divisé en cinq grands pays.
Il était autrefois encore plus grand, mais les siècles ont séparé la terre en deux : ainsi s'est crée un nouveau territoire, le royaume de Madargues. Aujourd'hui, il est principalement peuplé de deux peuples violents : les centaures et les nagas. Un traité de non-guerre a été passé entre les deux royaumes, au vu de leur passé commun, mais malgré ça, les tensions continuent à se faire sentir. Une passerelle a été crée pour réunir les territoires, mais ça n'a en rien apaisé les conflits latents.

À présent, une nouvelle famille royale à prit place en ces terres. Alors qu'une guerre et une rébellion terrible terrassa tous les descendants connus de la famille royale, la dernière génération des Thorgeir fût frappé de la malédiction la plus terrible : il n'eurent jamais d'enfants. Aussi, on dû faire rechercher de la famille ailleurs, et se trouva alors deux cousins lointains que l'on maria et déclara nouveaux Roi et Reine. Alors que le Roi était déjà d'un âge assez avancé, la nouvelle Reine, Glorïe Ière Erhel n'avait que 17 ans lorsqu'elle fût couronnée. Contre toute attente, le Roi vécut plus longtemps que quiconque ne l'espérait, et décéda voilà il y a seulement quelques mois, laissant sa jeune femme veuve et sans enfants à seulement 26 ans.
Malgré leur règne sérieux, ferme mais juste, les Erhel ont toujours eu du mal à se faire accepter par leur peuple. Dit-on qu'ils sont aussi glaciaux que les murs de leur château...

Et la réaction de la Reine à la mort de son époux ne fît que renfrogner la plupart dans leurs doutes et soupçons... Pourquoi, seulement quelques semaines après les funérailles, Glorïe I fit remercier presque tous ses domestiques, majordomes, et conseillers ? Pourquoi entretient-elle d'étranges contacts avec des Géants des pays froids du Cangralle ? Et qui sont ces personnes qui rôdent, masqués, autour du château, la nuit tombée ?

 

 
© ANARCISS sur epicode
 


Dernière édition par Scarecrow le Mar 14 Juin - 12:43, édité 7 fois
avatar
ScarecrowLa terreur des champs
Messages : 211
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Jeu 2 Juin - 12:40

EBES
la capitale

 

 
Région prospère et forestière, ses différents massifs montagneux ont aidé cette région à devenir imprenable ; la région regorgeant de sentiers battues, elle est la meilleure arme des soldats qui se doivent de connaître le moindre recoin.

Elle est aussi la plus prospère en terme d'agriculture, son climat modéré laissant bénéficier d'une verdure d'émeraude. La capitale reste tout de même entourée de montagnes à quelques kilomètres et la cité entourée de murs et d'étendues plates afin d'éviter toute attaque surprise.

C'est ici que se trouve la demeure royale, le centre-ville et les principaux ports.

Races dominantes :

- Humains
- Et un peu tout le monde !

 

 
© ANARCISS sur epicode
 


FONVIGARGUES
le nord

 

 
Région froide et envahie des bêtes les plus féroces, elle subsiste grâce à ses mines de fer riches. Malgré la pauvreté du pays, le royaume en a fait son lieu de prédilection pour forger les soldats, qui sauront survivre en milieu hostile.

Seigneur - Sàlacine

Grand et frêle, il serait décrit comme un squelette vicieux qui n'aurait fait qu'enfoncer son pays dans la misère. De longs cheveux sombres pendent sur ses épaules, encadrant un visage creux, pâle et grisé par les années.

La paranoïa aurait pourrit son coeur, et on dit Sàlacine élimine la moindre menace qu'il voit. Il est déjà arrivé plus d'une fois qu'il rase des villages en accusant une attaque de barbares. La légende raconte même qu'il aurait tué son fils adolescent car il voyait en lui une trop grande menace...
D'autres rumeurs disent qu'il aurait tué chacun de ses fils pour ne pas risquer une trahison. Il aurait à ce jour quatre filles toutes de mères différentes, et la plupart étant aussi déséquilibrées que lui.

Sàlacine est au trône uniquement par manque de concurrent, et étant aussi le seul à pouvoir à contenir les lourdes attaques barbares qui sévissaient des années auparavant.

Races dominantes :

- Géants
- Ogres


 

 
© ANARCISS sur epicode
 


VAUMONDAUD
le sud

 

 
À l'écart des autres pays, cette région profite d'une chaleur toute l'année.
Quelques petites villes, et le reste n'est que forêts sans fond et landes inexplorées. Nul ne sait comment cette petite région a su se préserver. Une vaste végétation luxuriante, des animaux enchantés, des paysages les uns plus exotiques que les autres...
Sans doute la région préférée des plus jeunes et frivoles, car elle regorge de tout ce qui est possible d'apprécier : alcool, drogues, et filles. Et en réalité, ce n'est rien de plus que ça...

Seigneur - Valéryan


Faites attention à ses charmes, et ses grands yeux émeraudes. Une courte chevelure brune, une peau hâlé et un teint frais l'auront sans doute aidé à devancer son aîné sur le trône.

Intelligent et surtout malin, il n'hésitera pas à jouer de fourberies pour éloigner ses concurrents.
Mais il est surtout réputé pour sa tendance libertine et pour son goût des femmes et ne se prive pas des nombreux plaisirs de son pays, parfois même au point de s'endetter. Heureusement, le pays renflouent bien vite ses caisses, grâce aux riches étrangers qui viennent dépenser leur or sans compter.

Races dominantes :

- Hybrides
- Nymphes
- Fées


 

© ANARCISS sur epicode
 


aulan
l'est

 

 
La région des hommes de fer et des navires prospères.
Sa mer assez froide abritant une flopée de poissons, ils en ont fait leur marché fort, les hommes de l'Est étant réputés pour être les plus durs et les plus fiers.

D'un climat humide et assez froid, Aulan est prospère grâce à sa pêche ancestrale.

Seigneur - Rackhàm

Colosse court sur patte, son ventre proéminent dévoile bien son péché mignon : la gourmandise. Rackhàm pourrait être comparé à un ours, large d'épaules et une grosse barbe rousse et fournie ornant un visage rond et menaçant, et de longs cheveux auburn venant compléter son crâne.

Penché sur l'alcool, il n'a pas sa langue dans sa poche, et sa fierté l'a plusieurs fois enfoncé dans la vase.

Races dominantes :

- Nains


 

© ANARCISS sur epicode
 


brify
l'ouest

 

 
Lieu d'esclavagisme, Brify présente un climat humide et verdoyant, de grandes étendues plates couvrant des lieux et des lieux... Comme agriculteurs, les habitants de Brify ont préférés, pour les plus richess prendre des elfes.

Il fait bon vivre pour les amateurs de nature et de huttes en pailles et en bois.
Des rites ancestraux se pratiquant encore là-bas, la légende dirait même que des druides se masquent dans l'ombre.

Seigneur - Sindà

Ses oreilles légèrement pointues et sa carrure fine et longue laissent apparaître ce qui semblerait être un vestige d'ancêtres elfes... Le crâne chauve et le visage imberbe, quelques rides démontrent bien son origine humaine, ses yeux noirs accompagnant un nez aquilin, long et fin.

Sindà a appris à parler quand il le faut. De nature calme et stratège, Sindà sait diriger ses armées intelligemment, vouant un culte à la justice malgré son penchant esclavagiste.
Les rumeurs disent qu'il voue une haine aux elfes à cause de ses origines plus lointaines.

Races dominantes :

- Elfes
- Humains



 

© ANARCISS sur epicode
 


Dernière édition par Scarecrow le Jeu 2 Juin - 20:18, édité 2 fois
avatar
ScarecrowLa terreur des champs
Messages : 211
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Jeu 2 Juin - 14:06

LISTE DES PERSONNAGES

 

Il est préférable d'avoir des personnages de type dessin ou peinture. Si vous avez du mal à trouver un avatar, je peux vous aider !
N'hésitez pas également, si vous souhaitez rajouter des races à certains pays ou si vous avez des idées !


À PRENDRE :
Si vous le souhaitez, vous pouvez jouer un ou plusieurs seigneurs. Pour ce faire, envoyez-moi un mp avec celui que vous voudrez prendre, et ensuite, faites une fiche normale en respectant les informations déjà fournies !

- Seigneur Sàlacine
- Seigneur Valéryan
- Seigneur Rackhàm
- Seigneur Sindà


NOUS RECHERCHONS :
Si vous recherchez un lien pour votre personnage, envoyez-moi un mp.

- Conseiller pour la Reine (1)
- Femme de chambre/domestique/cuisinier pour la Reine
- Garde pour la Reine (2)


LISTE DES PERSONNAGES PARTICIPANTS :

- Glorïe I Erhel (la Reine), par Scarecrow
- Ulrik Eäror, par Scarecrow
- Esdeath Isoyïa, par Joker






 

 
© ANARCISS sur epicode
 


Dernière édition par Scarecrow le Ven 15 Juil - 22:06, édité 2 fois
avatar
JokerPerdu
Messages : 95
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Jeu 2 Juin - 22:34

"Dame Esdeath ! Dame Esdeath nous avons besoin de vous !"

Un homme, sûrement un simple serviteur, courait dans toutes les directions, dans tous les coins et recoins du Donjon tout en répétant inlassablement les mêmes mots. Tout soldat ou domestique qu'il croisait avait le droit à la même question : "Savez vous où je peux trouver Dame Esdeath ?"

Et chacun lui répondait : "Dans ses quartiers je supposes. Ou dans la garnison pour jeter un oeil aux troupes et aux nouveaux arrivants. Elle devrait bientôt revenir."

Mais cette réponse ne lui satisfaisait pas. Elle était bien trop incertaine pour lui. Il ne voulait pas une possibilité de localisation de celle qu'il demandait. Ainsi pour obtenir davantage de précision il se décida à monter au château afin de demander aux autres domestiques s'il n'avaient point vus le Général. Il courut ainsi vers les portes du Donjon, prit la poignée, puis fût renversé par l"ouverture de ladite porte.

"Mokin'gh, vous n'êtes pas sans savoir que cette porte se tire et qu'il faut donc éviter de rester derrière". Une femme vêtue d'un uniforme gris se tenait dans l'encadrement de la porte. Elle soupira puis se pencha vers le malheureux sonnée par ce terrible coup, avant de lui tendre une main bienveillante, avec un sourire tout ce qu'il y a de plus amical. Sans hésitation l'homme prit cette main et retrouva le fougue de ses recherches : "Dame Esdeath vous voilà ! Je vous cherchais !"
"Que ce passe-t-il ?"
"C'est en rapport avec le prisonnier : l'interrogatoire n'a rien donné. Comme vous nous avez demandé de ne rien faire d'autre que de le placer dans le cachot XIII, je me suis mis en votre quête."
"Bien bien excellent. A vrai dire j’espérais qu'il ne parle pas. Voilà un moment que je m'ennuyais."
"Vous vous ennuyiez ?"
"Oui. Je n'ai encore reçu aucune mission depuis un moment. A part traîner dans la ville et m'occuper de quelques brigands je n'ai pas grand chose à faire."

Le reste du chemin jusqu'au fameux cachot fut silencieux. Une fois arrivée elle congédia le domestique qui l'accompagnait puis demanda à ce qu'on lui ouvre le cachot. Dedans se trouvait un nain portant un sac sur la tête. Ce dernier était habillé d'haillons et avait été soigneusement attaché  sur une table à torture. Un sourire malsain se dessina sur les lèvres d'Esdeath : elle allait enfin pouvoir s'amuser. Elle arracha violement le sac qui couvrait la vue du nain, lui permettant d'avoir une appréhension de la douleur qui sera sienne sous peu.
avatar
ScarecrowLa terreur des champs
Messages : 211
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Sam 4 Juin - 14:50






U
n jeune garçon, aux habits sales, dépareillés et parfois trop grands, vagabondait dans les rues bondées, se faufilant sans trop de difficultés au milieu des foules. Un voleur ou un mendiant comme les autres, voilà tout ce dont il avait l’air. Pourtant, il ne semblait pas regarder les caisses pleines de nourriture du marché avec envie, et malgré sa démarche qui se voulait nonchalante, il avait l’air de savoir où il allait.

Une demie-heure plus tard, le gamin de rue se trouvait non loin de la prison royale, qui elle-même était éloignée du château et du centre-ville.
Même de loin, ses grands murs en béton et sa porte gardée par deux gardes le firent frissonner.
D’un pas qu’il voulait certain mais qui n’en avait rien, il s’approcha timidement des deux gardes.

« Bonjour, messieurs…
- Qu’est-ce que tu veux, mon petit ? T’as rien à faire ici ! Tu n’vois donc pas ce que c’est ici ?
- Si, excusez-moi, messieurs, je… je viens voir mon père qui est ici…
Il parlait d’une voix tremblante, visiblement effrayé.
- Ton père ? S’il est ici, mon p’tit gars, c’est qu’il vaut mieux pas que tu le vois !
- S’il-vous-plaît, messieurs, ma mère est morte, et c’est la seule famille qu’il me reste ici, soyez bons, accordez-nous juste quelques minu…
Il ne finit pas sa phrase qu’il se mit à pleurer bruyamment, cachant son visage dans ses mains. Les gardes, ne sachant trop que faire pour le calmer et sûrement un peu bouleversé par ce pauvre gamin, finirent par accepter.
- Bon, je vais venir avec toi, mais plus de trois minutes, c’est compris ?
- Oh, merci, merci !
Cria-t-il en relevant vivement la tête. C’est promis, je vais faire très vite !
- Bouches-toi les oreilles… Lui conseilla l’autre avant qu’ils n’entrent tout deux.
- Comment qu’il s’appelle ton père, mon p’tit gars ? Lui demanda le garde en sortant son registre et le feuilletant. N’ayant pas de réponse, il releva la tête, mais… le gamin avait disparu.

Les quelques secondes pendant lesquelles le garde avait détourné son attention lui avait suffit pour s’éclipser et se cacher. Le coeur battant, il devait faire un effort immense pour respirer en silence. Comme prévu, il s’était retrouvé dans la bonne salle, une petite pièce d’entrepôt ou de rangement, rarement utilisée au vu de toute la poussière qui s’était entassée sur les boîtes.
Assit dans un coin, il commençait à peine à se calmer. Mais son ne fit qu’un tour lorsqu’il entendit les cris et les pas lourds des gardes juste de l’autre côté. Il ne comprenait pas ce qu’ils disaient, leurs aboiements se mélangeants aux voix roques des prisonniers qui décidèrent de se joindre à tout ce grabuge. Et comme au loin, se faisait entendre les cris des torturés.
Maintenant, il n’avait plus qu’à attendre que ça se calme… Et ne pas se faire trouver d’ici-là.


Crédit: Neko-chan in Never Utopia
avatar
JokerPerdu
Messages : 95
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Lun 13 Juin - 16:19

"JE NE DIRAIS RIEN !"

Le nain avait hurlé ces mots sous l'emprise de la douleur alors qu'Esdeath lui passait une large tige de métal, chauffée à blanc, dans le dos. En entendant cette phrase, un sourire se dessina sur son visage, elle appuya plus fort sur la tige, arrachant un autre hurlement au prisonnier.

"Fais moi confiance tu parlera sous peu."
"Vous pouvez tout essayer vous n'obtiendrez rien de moi."
"Ah ? Je peux vraiment tout essayer ?"

Un sentiment de frayeur fût visible dans les yeux du nain. Il se maudissait intérieurement d'avoir voulu se montrer plus fort lorsqu'il vît le vissage du Général qui s'éclairait de plus en plus à chaque instant. Cette dernière reposa la tige en métal sur un établi non loin, et s'éloigna quelques instants de sa victime. Elle donna quelques instructions à un groupe de serviteur qui s'éparpilla bien vite, chacun courant à la résolution de la tâche qui lui avait été confié. Esdeath revint ensuite vers le nain qui la dévisageait.

"On va voir si tu seras encore capable de tenir ta langue après ça."

Quelques instants après une marmite contenant une eau fumante fût apportée. Le nain ne comprenait pas vraiment ou voulait en venir sa tortionnaire : une marmite d'eau bouillante ? Et alors ? Dans les thermes naines la température est bien plus forte. Il riait intérieurement de la naïveté qu'il décelait en Esdeath. Pourtant en réalité il n'en était rien, il le comprit lorsque Esdeath lui déclara :
"Je connais bien vos coutumes. Cette eau devrait te rappeler ton chez toi."

La marmite fût rapprochée du bord de la table de torture. Deux serviteurs tout deux munis de cordes s'approchèrent, délivrèrent le nain des maillons de ladite table, puis l’attachèrent. Il fût ensuite tiré jusqu'au bord de la table, ses pieds pouvaient presque toucher l'eau.

"Plongez moi maintenant, pourquoi attendre ?"
"Patience mon jeune ami, patience. Avant ça j'aimerais te parler d'autre chose : as-tu déjà entendu parler des chocs thermiques ?"
Le nain garda la silence, il ne comprenait pas pourquoi soudainement cette femme s'était mise à parler de cela. Il l'écouta simplement.

"Vois tu, un objet exposé à une température extrême pendant un certain temps, puis exposé à un extrême différent, subira un violent choc qui peut aller jusqu’à détruire ledit objet."

Le nain n'osait même plus regarder ni la marmite ni sa tortionnaire, il avait compris où elle voulait en venir. Esdeath semblait jubiler : voilà bien longtemps qu'elle n'avait pas pu s'amuser avec un prisonnier. Ce nain était son nouveau jouet et elle ne le lâcherais pas tant qu'il ne lui aura pas donné satisfaction. Et au fond elle espérait que ce dernier ne se résolve pas à parler : elle avait encore d'autres méthodes à essayer. Elle agrippa fermement les mains liées du nain et les plongea dans le liquide. Le nain ne ressenti que ses membres qui se réchauffaient à vive allure. Après quelques minutes dans cette eau, les mains furent retirées tandis qu'Esdeath sembla se concentrer. Elle avait maintenant ses deux mains sur celles du nain. De la glace commença à sortir de ses paumes avant de rapidement recouvrir les mains du prisonnier qui sentit une vive douleur. Esdeath retira ses paumes, laissant la glace disparaître doucement.

La peau du nain était ouverte par endroit, comme si elle avait été déchirée. Les plaies saignaient, le nain souffrait, Esdeath était comblée.
avatar
ScarecrowLa terreur des champs
Messages : 211
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Lun 13 Juin - 18:24






S
uant et tremblant à la fois d'excitation et de peur, le gamin se disait intérieurement que ce ne fût pas si difficile que ça, en fin de compte, de pénétrer la prison royale... Avec tout ce qui lui est arrivé ces derniers jours, il a bien gagné en courage.
Il se gratta la tête sous son grand chapeau sale, et se mit en tailleur. Il s'essuya le visage avec son t-shirt, et s'efforçant de ne pas respirer trop fort, déplia sur le sol devant lui un grand plan sans titre. Naviguant son doigt dessus, ses lèvres bougeaient comme s'il récitait quelque chose et son regard était sérieux et concentré. Mais là, les choses allaient se compliquer. Peut-être qu'il n'aurait pas dû aller se cacher si vite, il a beau maintenant connaître la prison par coeur, il ne saurait quand même pas où aller en sortant. Mais rester enfermé ici devenait de plus en plus pénible. Il sursautait à chaque cris ou pas qu'il entendait, et risquait par la même occasion de faire tomber quelque chose. Et avec toute cette poussière, retenir ses éternuements devenait quasi-impossible...
Tout en rangeant négligemment la carte dans la poche de son pantacourt, il s'approcha accroupi de la porte, et y colla son oreille. Entre ces hurlements et autres bruits qu'il arrivait à peine à identifier, il n'entendit rien qui puisse l'intéresser, à savoir des voix ou des pas pas loin...

"Ai-je le choix ?
- Aucunement, mon garçon."

Inspirant profondément, et s'armant du reste de son courage, il se prépara à ouvrir la porte... mais quelqu'un d'autre l'ouvrit avant. Il n'eut le temps de rien faire ; la porte s'écrasa violemment sur son nez, le faisant tomber à la renverse, heureusement de pas bien haut. Lâchant un cris de douleur, il enchaîna avec un cris de surprise lorsqu'il se sentit soulever du sol. Le sang de son nez sans doute cassé lui coulait dans la gorge et lui brouillait la vue, mais il persistait à crier et se débattre.

"Je l'ai trouvé !
- Amène-moi ce sale garnement que je lui fasse la peau ! Le gamin reconnu la voix grave du garde de l'entrée.
- T'as une porte à garder toi, et si tu veux pas que cette histoire s'ébruite auprès de tes supérieurs, j'y repartirais fissa à ta place.

Sans un mot de plus, le garde partit en grommelant. S'il retrouvait ce gamin...
L'homme qui tenait le gamin le posa alors au sol, et soupira en voyant ses vêtements pleins de sang. Il avait horreur du sang.

"Relève-toi et sèches tes larmes. Et voyant qu'il ne se relevait pas, il se pencha pour le remettre debout lui-même. Dépêches-toi, on a pas beaucoup de temps." Lui chuchota-t-il en même temps.

Il parut un peu rassuré, mais se dit qu'il valait mieux rester sur ses gardes. À son tour, il dévisagea l'homme : des cheveux bruns légèrement long, une barbe d'une semaine ou deux, et ces yeux d'un bleu si pur... Il ne lui disait absolument rien.
D'un très léger signe de tête, il fit signe au gamin de le suivre, et ce dernier s'exécuta sans rien dire. Il ne savait pas s'il pouvait faire confiance à cet homme, et au vu de son allure, il en doutait, mais... il n'avait pas d'autres choix.
Il marchèrent pas plus d'une minute, mais ce couloir qui paraissait sans fin, et ces cris, qu'il entendait comme un écho... Il allait s'évanouir, mais une main ferme le rattrapa par le t-shirt, et le secoua. Il prit peur, mais ce n'était que l'homme aux yeux bleu. Il frappa fortement à une lourde porte, de laquelle venaient des cris atroces, mais aucune émotion ne semblait parcourir son visage.

"Esdeath, c'est Ulrik. Ouvre-moi ! Cria-t-il d'une voix forte. Et comme des gardes passaient par là : J'ai quelqu'un ici qui a besoin d'une bonne leçon."

Il entendirent les gardes chuchoter en s'éloignant, et pour accompagner ses paroles de gestes, il secoua une fois encore le gamin, en réalité plus pour le tenir éveillé qu'autre chose. Il frappa encore une fois à la porte, puis se recula et attendit.

 


Crédit: Neko-chan in Never Utopia
avatar
JokerPerdu
Messages : 95
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Lun 13 Juin - 20:21

Les cris du nain résonnaient comme une musique à l'oreille d'Esdeath. Elle avait reprit la tige de métal encore chaude et elle l'appliquait maintenant sur les plaies du nain. Des larmes arrosèrent la barbe du pauvre bougre qui était tombé sous la main du Général. Elle, elle continuait à jubiler, toujours plus. Rien ne lui était plus plaisant que de faire souffrir autrui. C'était mieux que de consommer son repas préféré, mieux qu'une nuit de luxure pour un débauché : pour elle c'était le bonheur le plus profond que l'on puisse ressentir.

"Alors tu ne veux toujours pas parler ?"

Le nain ne pût répondre. Il n'arrivait pas à se remettre de la douleur. Ce n'était pas la réponse qu'attendait Esdeath. Elle tira le nain afin de le plonger dans la marmite encore bouillante.

"Tu vas finir brisé, complètement docile."

Déjà elle commença à se concentrer, à éveiller son pouvoir, quand elle fût troublée par un serviteur qui accouru : "Maîtresse Esdeath ! L'on tape à la porte. Dois je vous annoncer absente ?"
Esdeath soupira : "Qui toque ?"

"D'après ce que je pût entendre il sagit de Sieur Elrik."

Elle voulut retourner à ses occupations, se préparant à demander à son servant de congédier l'arrivant quand ledit servant lui indiqua :

"Selon ses dires, quelqu'un aurait besoin d'une correction."

"Maintenez l'eau à cette température. N'hésitez pas à augmenter la température si nécessaire, je me dois d'aller répondre à Elrik."

Elle tourna les talons et se dirigea vers la porte principale de la salle des cachots. Elle n'avait pas vue le sourire qui se dessinait sur les lèvres du domestique. Esdeath était vraiment prévisible parfois : elle ne pouvait retenir ses pulsions sadiques. Elle arriva bien vite à la porte et l'ouvrit. Derrière elle se trouvait évidemment Ulrik mais également un enfant plus jeune qui portait des habits plutôt sales.

"Bonjour Ulrik, désolée je n'ai pas beaucoup de temps à t'accorder j'ai quelque chose sur le feu."
Au loin les cris du nain pouvaient légèrement se faire entendre.
"C'est cet enfant qu'il faut punir ? Qu'a t'il fait ?"

Elle dévisagea le petit une fois de plus, puis un sourire malsain se dessina sur ses lèvres. Encore une nouvelle personne sur laquelle elle pourra laisser libre court à sa fantaisie. Enfin elle l’espérait, peut-être qu'avec le jeune âge du suspect elle aurait du faire preuve de contrôle de soi. Juste en prévision elle demanda sur un ton qui ne masquait absolument pas ses pulsions sadiques :

"J'ai bien carte blanche ?"

Malgré ses pulsions, elle arrivait à montrer maintenant un visage doux, presque agréable, malgré son regard naturellement malsain. Tant d'idées de tortures lui passèrent par la tête en attendant la réponse de son collègue. Si effectivement elle avait carte blanche, Esdeath n'appliquera aucun tarif enfant : son sadisme légendaire ne connaissait pas ce concept.
avatar
ScarecrowLa terreur des champs
Messages : 211
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Lun 13 Juin - 21:54






E
n comprenant que c'était elle, Esdeath, le jeune garçon eut un vif mouvement de recul, soudain de nouveau bien éveillé. Son chapeau tomba au sol, découvrant une chevelure blanche et sale et des oreilles longues et tombantes ; un hybride albinos, comme il en existait peu à l'époque actuelle.
Ulrik, le voyant partir doucement à reculons, le rattrapa et le colla presque contre son flanc. Il paraissait mal à l'aise, et regardait par dessus son épaule en essayant de ne pas faire attention aux dures paroles du Général. Qu'est-ce qu'il pouvait la haïr.  
Sans rien répondre, il enchaîna :


"On peut entrer ?" et sans attendre de réponse, il poussa le gamin albinos devant puis entra à son tour.


Le visage plein de sang séché, il venait de l'humidifier avec ses larmes. Il tremblait comme une feuille, se ressassant en boucle dans la tête les paroles des deux adultes, qui se mélangeaient aux cris des prisonniers, et le tout s'embrouillait ; il avait la tête qui tournait, mais la main ferme d'Ulrik était toujours là, dans son dos, pour le ramener juste ce qu'il faut à la réalité. Il allait se jeter par terre et supplier qu'on l'épargne, mais il n'eut même pas le temps de lancer sa première plainte que la grande main calleuse d'Ulrik se plaqua contre sa bouche, un peu trop fort peut-être.
Pour la première fois depuis que le jeune albinos le voyait, Ulrik perdait de son calme.


"Bordel, on a pas beaucoup de temps, faut encore que je le fasse sortir d'ici..."


Il avait bien entendu ? Le faire sortir ? Peut être que finalement, il n'était pas lâché seul ici... Il comprit enfin lorsqu'Ulrik enfourna brusquement sa main dans la poche de son pantalon, et ses yeux brillèrent.


Crédit: Neko-chan in Never Utopia
avatar
JokerPerdu
Messages : 95
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Lun 13 Juin - 23:05

Esdeath s'était légèrement écartée laissant Ulrik passé étant donné que celui-ci ne lui avait pas vraiment laisser le choix. Peu lui importait après tout seule la punition du petit l’intéressait.

"Bien nous pourrons commencer une fois que j'en aurais terminé avec un autre prisonnier. Je pense pouvoir en obtenir quelque chose bientôt ainsi le gamin n'attendra pas trop longtemps."

Elle referma la porte des cachots et se retourna vers Ulrik et le gamin qu'elle détailla enfin sérieusement afin de déterminer des points sensibles. Elle s'avança devant le duo et les invita d'un gracieux mouvement de main à les suivre jusqu’à un cachot. Cependant la réaction d'Ulrik la surpris, ce dernier commença à s'énerver et à déclarer des choses insensées comme "faire sortir ce prisonnier". Elle planta son regard dans celui de l'homme.

"Vous savez le faire sortir d'ici ne dépend plus de vous maintenant. Il ne sortira que quand j'aurais décidé que sa punition aura assez durée. Ne vous en faite pas ça ne sera pas trop long. En général les jeunes de cet âge mettent entre 15 et 20 minutes avant de totalement regretter leurs actes."

Quelque chose la dérangeait chez Ulrik. Elle ne doutait pas de lui, elle n'était pas du genre à douter de ses collègues, même ceux qu'elle n'avait pas longtemps côtoyé. Mais elle avait un léger sentiment qu'elle ne saurait expliqué et qui lui donnait l'impression que quelque chose se tramait. Elle resta sur ses gardes au cas où : elle ne redoutait pas une agression ou rien non, mais elle sentait bien que quelque chose n'allait pas. Il était tout à fait possible que son sentiment provenait du fait qu'elle pensait qu'Ulrik pouvait la gêner durant ses "jeux". elle prît les devants assez vite et tout en mettant sa main sur l'épaule du garçon elle dit :

"Bien. Je m'en occupe allez donc rejoindre votre poste." Son regard montrait bien toute l'autorité naturelle dont Esdeath pouvait faire preuve.
avatar
ScarecrowLa terreur des champs
Messages : 211
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Lun 13 Juin - 23:37






U
lrik regretta rapidement de s'être emporté ; il ne connaissait pas les lieux, ni à quel point ils étaient seuls ici. De toute façon, même s'il ne l'écoutait pas, Esdeath parlait suffisamment fort pour n'attirer aucun soupçon.
Quelques secondes après, Ulrik sentit quelque chose d'humide sur sa main... Il avait oublié de l'enlever de la bouche du gamin, et le fit alors avec dégoût. Encore quelques secondes après, il comprit ce que le Général venait de dire et repoussa avec encore plus de dégoût sa main de l'épaule du petit.

"Mais nous ne comprenez donc rien, ma parole !" Essaya-t-il de chuchoter tout en criant.

Les mains toute tremblantes, le jeune garçon, accroupi, était en train de défaire aussi vite qu'il le pouvait ses lacets.

"Et qu'est-ce que tu fais toi bon sa... Ulrik n'eut pas le temps de finir sa phrase que de la languette de sa chaussure en cuir abîmée, le petit albinos sortit un petit papier parfaitement lisse...
- Madame, c'est un message de la plus haute importance, s'il-vous-plaît, prenez-le et suivez la consigne ! Tout refus sera considéré comme un acte de dése.. désertion !" Il parla rapidement et clairement, récitant sans aucun doute ce qu'on lui avait appris par coeur, puis s'inclinant, s'apprêtait à lui tendre le bout de papier quand Ulrik le lui arracha des mains. Juste à temps.
"J'ai entendu des disputes, tout va bien ? Demanda un homme qui venait d'entrer, et qu'on devinait être un haut gradé à sa tenue. Il se tenait bien droit, les mains derrière le dos, et regardait le trio d'un air méfiant. Enfin surtout Ulrik... Tiens, tiens, ne serait-ce pas notre cher Eäror U. ? Que nous vaut votre visite ?
- J'amenais un prisonnier, monsieur. Lui répondit sèchement Ulrick. Il nous manquait de respect monsieur, nous avions dû le calmer. Le Général Esdeath va s'en occuper, à présent.
- J'imagine, oui... Répondit-il en tournant à demi les talons. C'est votre dégaine qui manque de respect, U. ..., marmonna-t-il en partant et en claquant la porte alors qu'Ulrik glissait discrètement le mot dans la main glacée du Général. Ce seul contact suffit à le faire frissonner.


Crédit: Neko-chan in Never Utopia
avatar
JokerPerdu
Messages : 95
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Mar 14 Juin - 0:13

Quelque chose ne tournait décidément pas rond. Esdeath fût achevée d'être convaincu lorsque l'enfant lui tendit cette espèce de papier contenant selon ces dires des instructions officielles. Croire un prisonnier comme cela n'a jamais été conseillé et elle s'en méfiait évidemment. Seulement elle savait bien qu'en ce lieu ce petit ne risquait pas de courir bien loin et qu'elle aurait tout loisir à se venger une fois qu'il retomberait dans ses mains. Elle voulut prendre le papier quand Ulrik le prît soudainement tandis que la porte du donjon s'ouvrit à la volée. Un haut gradé venait d'entrer et semblait s’intéressait au cas d'Ulrik si bien qu'Esdeath ne dit rien et laissa l'altercation se déroulée. Pourquoi aurait-elle réagi après tout ?

Une fois la porte refermée sur l'un de ses chefs : Esdeath tendit la main tout en adressant un regard interrogateur à Ulrik. Une fois le papier en sa possession elle précisa : "Que tout ceci ne soit pas un coup monté prévu par cet enfant dans le cas ou il se ferait attraper, pour votre propre sécurité.".

Elle déplia le papier et commença à le lire. Le papier commença soudainement à prendre beaucoup d'importance pour elle. Sa lecture achevée elle observa l'enfant et dit d'une voix qui trahissait un peu d'emportement :
"C'est vrai ce qu'il est écrit ici ? Pourquoi l'avoir confié à un gamin comme toi ?"
avatar
ScarecrowLa terreur des champs
Messages : 211
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Mar 14 Juin - 22:13






S
ur le papier était écrit, en lettres majuscules et sans style apparent : "WIA IJRFNS XTNW / 100R HMFYJFZ WTDFQ". Un message codé, que le Général Esdeath pouvait et se devait de pouvoir lire aussi simplement que s'il était écrit en sa langue maternelle. Et pour cause, c'était le code royal. En le déchiffrant, Esdeath pouvait lire : "RDV DEMAIN SOIR / 100M CHATEAU".

"Je ne pense pas que ça soit un coup monté, dit Ulrik, ne sachant même pas la nature du mot, mais le devinant. Il ne connaissait pas le gamin, mais il lui disait quelque chose, et il savait aussi qu'ils pouvaient lui faire confiance. Je vais le faire sortir d'ici, avec son visage en sang, on va faire comme si... il avait eu sa punition. Je ne sais pas ce qui est écrit-là, et ça ne me regarde pas, mais je pense que tu devrais faire ce qui y est écrit. Et s'il se passe ce que je pense, on est amené à se revoir. Très bientôt. Il lança un dernier regard au Général, puis prenant le gamin par le bras, dit plus fort : Allez, viens, toi, je pense que tu en as eu suffisamment.", et il l'entraîna au dehors, laissant la porte claquer derrière eux.
En regardant cet étrange petit, Ulrik se demanda d'où il pouvait bien venir, et qui pouvait tenir à lui.

"Sûrement personne, pour l'envoyer à cette folle..." Une chance qu'Ulrik était de retour en ville.

"Allez, vas-t-en maintenant, et dis bien que tu as transmis le message." Puis se baissant à sa hauteur, il l'attrapa par les épaules et plongea son regard dans le sien, d'un rouge sang et vif. Il allait sûrement dire quelque chose, mais se résigna en se relevant. Le gamin ni une ni deux, repartit à toutes jambes sans se retourner.

Ulrik s'assura que personne ne les a vu sortir et partir, et reprit alors sa route, sa silhouette se perdant peu à peu dans le creux d'une vallée verte.

Crédit: Neko-chan in Never Utopia
avatar
JokerPerdu
Messages : 95
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Ven 1 Juil - 16:37

Esdeath resta interdite un instant, tout du moins jusqu’à ce qu'Ulrik et le gamin soient sortis. Le claquement de porte la ramena à la réalité. Bien que ce message était fort intriguant, elle n'avait pas le loisir de s'en soucier maintenant. Et de toutes façons ce n'était pas le moment, le rendez-vous étant pour le lendemain. Esdeath avait encore du travail, un nain n'avait pas encore décidé de parler. Elle retourna auprès de ce dernier, préparant d'avance ses sorts de glace. Une fois proche de la marmite dans laquelle bouillait encore le nain, elle tourna son regard vers ses serviteurs :

"Est il à point ?"
"Bien évidemment Dame"

Elle sourit, elle jubilait. Elle allait pouvoir encore s'amuser. Elle se concentra un instant pendant que ses serviteurs sortait le nain de la marmite et l'attachèrent solidement à la table non sans se brûler les mains. Elle était prête. Elle appliqua ses paumes sur le torse du nain. Un cri de douleurs résonna à travers la salle, et même jusqu'aux pièces proches du donjon.
avatar
ScarecrowLa terreur des champs
Messages : 211
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  Sam 2 Juil - 23:16






L
e fameux soir du rendez-vous était arrivé.

"De dehors, toutes les lumières du château semblaient éteintes, ce qui n'avait rien de surprenant étant donné que les lieux étaient censés être déserts. Seule une pièce, qu'on ne distinguait qu'en se mettant à l'arrière, était éclairée.
Dans la nuit, le château enfoui dans les ombres paraissait inquiétant, presque malveillant ; le pont qui isolait le château sur un coin de terre semblait infini et l'obscurité à laquelle s'ajoutait un brouillard pourtant clair ne permettait pas de voir à plus de cinq hommes devant soi.
Les montagnes, qu'on voyait au loin, prenait toutes des formes bizarres et difformes, et plus on les regardait, plus on avait l'impression qu'elles étaient en train de se mouvoir devant nos yeux.
Les arbres, quoique pas si proches, jetaient leurs ombres sous la Lune et bougeaient en silence leur mains aux doigts effrayants, comme si ces êtres étranges essayaient de vous caresser. Des buissons, mal taillés qui jonchaient l'allée, sortaient parfois de petits animaux qu'on pouvait apercevoir quelques temps, s'enfuir.
Et quand enfin, on arrivait devant la lourde porte, levant les yeux au ciel, on en tombait presque à la renverse devant l'immensité et la hauteur de ce château, plus haut que dix géants Fonvigargues ou les massifs de Maddan.
Alors, la porte s'ouvrait à la volée et... des fantômes décapités en sortaient pour emporter avec eux à tout jamais ceux qui osaient franchir le seuil du château hanté !"
Les enfants crièrent.

Les invités de cette soirée, quant à eux, n'eurent pas la chance de profiter du spectacle. Arrivés à moins de cent mètre du pont, des gens encapuchonnés et cachés bondirent sur eux, les immobilisant et recouvrant leur visage.
Leur tenant fermement les mains derrière le dos, tapotaient du doigts plusieurs fois le même message, en morse :

"Restez calme, c'est nous."
Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le royaume de Dolmargues  

Le royaume de Dolmargues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Les souveraines du royaume
» [PARTENARIAT]Le Royaume de Zaïrys
» le royaume d'outrebrumes
» [Fiche d'île] Royaume d'Alabasta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yellow Path RPG :: IV . RPG : Le jeu :: Fantasy et science-fiction-